À PROPOS

 

L’apprentissage du chef de renommée mondiale Antonio Park a débuté dans la cuisine familiale,

en Argentine.

Grâce à un vaste potager, à l’insistance de sa mère pour créer chaque chose à partir d’éléments de base, à son amour pour la perfection et la durabilité, Antonio Park a adopté la méthode "de la ferme à l'assiette".  Ce Mantra l'a guidé tout au long de son instruction avec les chefs Japonais les plus chevronnés, et a nourri son ambition pour la suite de sa carrière qu'il débuta en tant que plongeur.

 

Aujourd'hui à la direction de deux des restaurants les mieux notés de Montréal, Antonio Park a également été juré dans "Chopped", programme culinaire parmi les mieux notés du Canada. 

  

"Ma vie a débuté en Amérique du Sud: Argentine, Paraguay, et Brésil.

C'est là-bas que j'ai passé mon enfance. Ma mère ne veut pas que je dise que je suis né en Argentine, elle préfère que je dise que je suis coréen. De ce fait, je suis un coréen montréalais ayant grandi à Asunción, Buenos Aires et Rio. Ce que je suis vraiment est un mélange de Latino avec du Kimchi dans le sang, profondément amoureux des sashimis. La nourriture que je prépare dans mon restaurant reflète ce que je suis, un mélange des pays dans lesquels j'ai vécu et toutes ces cultures qui m'ont façonné.

J’ai appris à cuisiner en regardant ma mère préparer ses plats à partir de rien. Elle faisait tout elle-même : elle concassait ses propres épices sur une pierre, faisait sécher ses propres poivrons gochugaru, faisait fermenter son propre miso et préparait sa propre sauce soja. Elle m’a tout appris. Comment éplucher les pommes, comment couper l’oignon vert, le chou nappa, le daikon. Elle n’était pas satisfaite si je ne savais pas éplucher l’ail correctement."

"Nous n’avions pas à nous rendre au marché pour acheter des fruits et des légumes. Nous avions tout ce qu’il nous fallait dans notre jardin. Des grenades, du yucca, des mandarines, des courgettes, des raisins, des pastèques, des aubergines, des citrouilles; vous pouvez faire pousser ce que vous voulez là-bas. Nous avions un potager gigantesque; 47 000 pieds carrés de bons produits. 

 

L’importance de la fraîcheur et de la qualité supérieure des ingrédients définit toujours ce que je fais. 

J’ai grandi entouré de petits agriculteurs, de pêcheurs de pêche durable et de nourriture locale (avant que tous ces termes soient populaires)."

"Ce que je suis aujourd’hui, c’est ce mélange de cuisines, de cultures et d’expériences qui m’ont façonné depuis mon enfance. Oubliez le concept de fusion. Je prépare des sushis, je fais fermenter du kimchi et j’adore l’asado. J’ai été chef à Tokyo, à Osaka, à New York, à Toronto et à Montréal. Les gens pensent que c'est un restaurant de Sushi, ou encore un restaurant Coréen, mais c'est aussi un mélange des saveurs d'Amérique du Sud de mon enfance."

"Je voulais faire quelque chose de différent ici, quelque chose de plus personnel, quelque chose qui me représente. Mes restaurants reflètent mes racines, qui je suis vraiment."